Friesian Spirit

Le site des passionnés du Cheval Frison

Son évolution

chaise01
Musée de Drachten

• Au Moyen Age, sa robe de couleur unique, sa longue crinière et ses allures particulièrement relevées le réservaient exclusivement aux seigneurs.

• Au 16ème et au 17ème siècle, le sang andalou est introduit dans la race frisonne par le biais des chevaux venus d’Espagne. L’empire de Charles Quint et des Habsbourg s’est étendu en effet jusqu’aux terres les plus au Nord de l’Europe.
Il en a résulté un trot gracieux, une petite tête et un port d’encolure haut et altier.
Le cheval frison était alors très utilisé pour la haute-école grâce à ses allures hautes et légères, supérieures à celles d’autres chevaux de cette époque.


• Au 18ème siècle, durant l’occupation de la Hollande par la France, la race et ses caractéristiques ont été protégées par des décrets des rois de France. Le frison est en effet apprécié par les officiers de l’armée française pour son trot rapide et élégant.

• Au 19ème siècle, les courses étaient des fêtes populaires en Hollande. Les chevaux étaient montés ou attelés à la voiture traditionnelle qu’est la chaise frisonne (sjees), petite voiture élégante à deux roues de style rococo.
Néanmoins, les lois favorisant l’élevage du cheval frison disparurent vers 1865 et l’alourdissement du matériel agricole favorisera l’importation de races de traits lourds allemande et belge.
Dix ans plus tard, des milliers de chevaux frisons furent exportés vers les pays baltes, scandinaves, le Pologne et la Russie. Autour de 1890, beaucoup d'étalons furent importés en Angleterre et influencèrent plusieurs races. Le Frison sera alors utilisé à des fins sportives, surtout comme trotteur de course (harddraver) sur de courtes distances de 300 et 600m.
En 1895, il fut exporté vers les Etats-Unis et le Canada afin de répondre aux besoins de ces grands pays en énergie motrice ou encore dans les forces armées.


• Au début du 20ème siècle et plus précisément en 1910, le frison connut son premier déclin. En 1913, il ne restait qu’une centaine de juments et trois étalons. Grâce à l’association “Het Friesch Paard” (le cheval frison) créée par des passionnés, le nombre de chevaux commença à augmenter et le système de sélection des jeunes reproducteurs se mit en place. Les étalons Paulus et Prins, issus d’anciennes et bonnes lignées de sang devinrent les piliers du nouvel épanouissement de la race. En 1954, la reine Juliana devint la protectrice de l’Association royale des éleveurs de frisons.

• C’est entre 1960 et 1970 que la race connut sa seconde crise et faillit cette fois disparaître. En effet, l’engouement du sport équestre et principalement le saut d’obstacle a eu pour cause l’introduction du pur-sang anglais dans toutes les races européennes au détriment des types traditionnels.
Les paysans frisons, fiers et traditionalistes, continuèrent néanmoins à élever leurs chevaux en race pure en évitant tout croisement, même au risque de fortes consanguinités. Ils préférèrent se battre avec cet inconvénient plutôt que de risquer de perdre les caractéristiques séculaires de la race avec des croisements inopportuns. Ceci put se faire notamment grâce aux travaux de l’université d’Utrecht. De nombreuses épreuves de sélection aux exigences sévères ont été instituées et un plan d’élevage est établi pour assurer le maintien d’une souche d’élite de jeunes étalons comme base d’une descendance de haute qualité.


• Vers la fin des années 70, c’est avec l’essor de l’attelage que le frison connut une nouvelle popularité. On peut citer Tjseerd Velstra qui remporta le championnat national des Pays-Bas avec quatre frisons. Notons que ce sont les seuls chevaux habilités à tracter l’attelage de la famille royale des Pays-Bas.


• Actuellement, le frison regagne ses lettres de noblesse en tant que cheval de selle et de dressage et l’actuelle politique d’élevage tend vers l’affinement d’un modèle plus élancé, qui selon les éleveurs hollandais, le rapproche de celui d’origine, son alourdissement étant considéré comme une parenthèse dans l’histoire de la race.
A l'aube du 21ème siècle, le Frison est désormais devenu un cheval de sport dans un certain nombre de pays.